Fermer

Philippe: je vous remercie, public québécois, de m’avoir envoyé en Afrique du Sud dans cette aventure.

Occupation Double Occupation Double Publié lundi le 04 novembre 2019

Les impressions de Philippe lors de son séjour dans la maison des exclus.

Je vous ne mentirai pas : j’étais légèrement content de voir ma photo sortir de l’enveloppe que Rym avait entre les mains. Tout de même, j’ai vécu quelques émotions lorsque j’ai vu que les gars avaient beaucoup de misère à retenir leurs larmes. J’ai ressenti aussi de la peine quand fût le temps de quitter cette fameuse maison, celle qui était équipée de chaises à massages dont j’ai probablement surutilisé (si je me fie aux quelques tensions musculaires que j’ai dans le haut du dos).

Dès mon arrivée dans la maison des exclus à Simon’s Town, un ami en devenir m’attendait assis sur le divan avec une bouteille de vin à la main. Cet individu, prénommé Xavier, fut ma maman pour les trois semaines qui ont suivi mon élimination. Lors de mon séjour à titre d’exclu, Xave et moi-même sommes devenus des athlètes de haut niveau, nous exerçant périodiquement au plateau sportif situé à quelques minutes de marche de notre maison. Terrains de basketball, de tennis et de rugby en montagne offrant une vue phénoménale sur l’océan et ses merveilles naturelles, quoi de mieux pour commencer nos journées ! Nous y avons peaufiné nos talents de joueur de basketball, cricket et de frisbee, tout en étant capable de nous adonner à un solide 45 minutes d’entraînement musculaire par jour. À la maison, le ping-pong était de mise, au même titre que des compétitions au Nintendo 64 et des parties beer pong (par moments). 

Tous près de notre résidence, une plage remplie de pingouins se faisant bronzer sur les rochers nous était disponible gratuitement. Cette dernière était si près de notre résidence que les ébats reproductifs de nos voisins les manchots étaient audibles la nuit, et ce, même avec les fenêtres fermées. Fun fact : les pingouins émettent de forts rugissements lors de leurs nuits torrides.

Nous avons aussi eu la chance d’aller faire l’ascension, sous la pleine lune, de la fameuse montagne rocheuse Lion’s Head. Toutefois, question de sécurité, nous avons de rebrousser chemin, car des guides nous ont mentionné qu’il était trop tard pour finir l’ascension. Intérieurement, mes capacités cardiovasculaires et moi-même étions contents de faire demi-tour au 3/4 de notre randonnée ! 


Quelques jours plus tard, Xavier et moi sommes allés visiter une superbe chute située à quelques minutes de notre camp de base. Disons que j’étais très heureux de pouvoir tremper mes pieds dans l’eau ; mes talons hébergeant de nouvelles ampoules qui auraient pu allumer New York au complet (mes souliers étaient une demi-taille trop petite). Difficile de trouver chaussure à son pied quand tes pieds mesurent un mètre !

Le surf est devenu mon sport préféré et, grâce à mes cheveux longs et légèrement blonds, j’avais l’air de savoir ce que je faisais. Je me suis donc mis à donner des conseils à des débutants qui eux, selon mon look, pensaient que j’étais le pro du surf, même si j’avais encore de la misère à rester debout sur ma planche. Pas besoin de vous dire que mes conseils n’étaient pas très pertinents.

Ma maman de vacances et moi avons également bravé nos peurs en allant faire du parapente. Une expérience INCROYABLE, même si j’ai failli vomir dans le visage du pilote. Vous n’avez même pas idée de l’adrénaline que procure cette activité ; la Ronde peut aller se rhabiller. Suite à ces émotions plus que fortes, nous sommes allés profiter du nightlife sud-africain et, croyez-moi, c’était quelque chose !

Le lendemain, même avec un mal de tête agressif dû à ma déshydratation, nous sommes allés donner un coup de main à une garderie située dans un township dans les environs (quartier extrêmement démuni). Les enfants étaient incroyablement adorables. Ils nous ont reçus avec quelques danses et nous les avons ensuite accompagnés en recréation. Ces derniers aimaient me faire des coupes de cheveux farfelues et jouer après mes poils de jambes (ce qui était drôlement très désagréable). Je crois bien être tombé en amour avec non seulement les enfants, mais aussi les enseignantes qui y travaillaient. Je me dois absolument d’y retourner un jour.


Je vous remercie, public québécois, de m’avoir envoyé en Afrique du Sud dans cette aventure. J’espère vous avoir au moins fait rire un petit peu. Je vous aime !

 

Philippe

Occupation Double
Occupation Double Afrique du Sud
Philippe
Journal de l'exclu

Articles connexes

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant la mesure de notre audience et la personnalisation des publicités en fonction de vos centres d'intérêts. Pour plus de détails, consultez notre politique de confidentialité.